Nikos Aliagas face à la mer

Tout le monde connait Nikos Aliagas. Animateur solaire, brillant journaliste, écrivain empreint de poésie, on a l’impression qu’il sait tout faire. Pas surprenant donc que, lorsque qu’il s’arme d’un appareil photo, celui-ci se transforme en or… Nikos donne l’impression d’être une vieille âme sage qui voit la beauté en chacun ; à travers son objectif, il la révèle et la sublime. Vous avez sans doute découvert le magnifique shooting qu’il avait fait de David Hallyday pour Apollo Magazine il y a quelques mois. Aujourd’hui, direction Cannes pour découvrir sa nouvelle exposition « Thalassa : peuples de la mer ».

Peuples de la mer

En effet, cet été et jusqu’au 31 août 2020, la Mairie de Cannes relance ses activités évènementielles avec #Cannes Repart ! et a le plaisir d’accueillir cette exposition sur la mythique Croisette. Trente clichés issus de sa précédente exposition « L’épreuve du temps » et de la nouvelle série qu’il a réalisée à Cannes le 5 juin dernier, du Mouré Rouge à la promenade BoccaCabana, sont à contempler sur des structures cubiques qui ponctueront tout l’été l’emblématique boulevard de la Croisette.

« Les peuples de la mer portent en eux des mythes ancestraux et des dieux d’un autre temps. »

Avec cette exposition, Nikos a choisi de mettre en avant des Cannois qui incarnent la mer (pêcheurs, moine de l’île St-Honorat, etc.). C’est la première fois que « Thalassa : Peuples de la mer » est présentée au public et il a naturellement choisi Cannes, « cité qu’il affectionne particulièrement et avec laquelle il a noué des liens d’amitié et de respect ». En voici quelques clichés, accompagnés des mots, toujours beaux et justes, de l’artiste.

Angelo, l’ange de la lagune à Messolongi
©Nikos Aliagas

« Thalassa l’étendue salée est aussi une idée qui redessine les contours de nos certitudes, l’image prend alors une dimension poétique et un souffle créateur transforme la danseuse du présent en une vestale d’hier. »

La danseuse : étoile des mers – Mouré Rouge, Cannes
©Nikos Aliagas

« Les peuples de la mer se ressemblent, ils observent la même ligne d’horizon depuis des millénaires, ils respirent le même ciel embaumé d’embruns et de mystère, ils entendent les mêmes vents murmurer d’infrangibles présages qu’ils reconnaissent depuis l’enfance. »

« De mes voyages j’ai gardé quelques images, comme des promesses jamais trahies, des épigrammes fragiles dans les ondulations de la mer et du temps. »

« Un vieux pêcheur de la Méditerranée me disait que « les châteaux de sable les plus impressionnants redeviennent de simples grains de sel et de terre lorsque le flux de la marée reprend ses droits ». L’homme démêlait les mailles de son filet, indifférent aux bruits de son époque, regardant au loin comme s’il attendait un signal venu d’ailleurs. »

Le pêcheur : Gilles Dubbiosi – Vieux Port, Cannes
©Nikos Aliagas

« J’observe ces adolescents insouciants sculptant l’alacrité de leur jeunesse face à la mer et je les imagine héros homériques, je salue le vieil homme couvert de boue sur la lagune et le voilà devenu aussitôt statue du commandeur, je suis les pas légers du moine silencieux et je le vois gardien d’un temple invisible. »

Chiens de mer – Phare de Batéguier, Cannes
©Nikos Aliagas

« Les peuples de la mer, à la fois conquérants et conquis, n’oublient jamais que le regard ne dit pas tout. C’est certainement pour cette raison qu’ils n’ont jamais délaissé le rêve, cette musique secrète qui entrouvre la porte des possibles, entre ombres et lumière. Ici, l’inconnu n’est pas ennemi, il nous rapproche de ce qui nous dépasse. »

Nikos et le temps

Nikos Aliagas a à son actif une vingtaine d’expositions en Europe autour du thème du temps et du voyage (« L’épreuve du Temps », « Corps et âmes », « Âmes grecques »). Il a notamment exposé son travail à La Conciergerie à Paris, sur le toit de la Grande Arche de la Défense, au Palais Brongniart ou encore dans l’enceinte de l’abbaye de Villers en Belgique. Son dernier ouvrage, « L’épreuve du temps », disponible en librairie, est publié aux éditions de la Martinière.